Archive for NRE’s Life

Problèmes DNS ?

C’est presque un appel à suggestions/conseils/pistes, mais depuis quelques semaines je constate des problèmes de résolution DNS, principalement quand j’interroge les DNS Google, mais pas que.

Depuis au moins 4 connexions différentes (3 Orange/1 Free), j’ai pu constater qu’en utilisant les DNS Google sur mon Macbook ou sur mon Mac Mini, je n’arrivait pas à résoudre deux noms de domaine en particulier. L’un des deux est géré par OVH, le second est géré par GoDaddy.

Cette « découverte » est assez fraiche et je vais essayer d’apporter plus d’éléments techniques et d’exemples pour essayer de trouver une piste.

Sur le domaine géré par GoDaddy, j’ai également des partenaires qui m’ont remontés des problèmes de résolution depuis l’Espagne ou les USA.

La majorité des postes qui ont rencontrés des problèmes sont des Mac, mais pas essentiellement, au moins un poste Windows est « concerné ». Les postes en Espagne n’utilisent pas les DNS Google, a ma connaissance.

La plupart du temps, seulement certains sous-domaines ne sont pas résolus, mais il peut arriver que toute la zone ne réponde pas. Pour ma part, j’ai pu constater que de repasser sur les DNS classiques du FAI, ça avait tendance à résoudre le problème.

Bref, c’est assez compliqué à démêler pour l’instant et j’ai du mal à vraiment identifier une piste, donc si vous avez des idées ou que vous constatez des problèmes similaires, je suis preneur.

Edit : après quelques semaines de « problèmes », plus de soucis à l’horizon …

Une page se tourne !

L’inactivité du blog, ces derniers mois, n’est pas uniquement du aux vacances. En effet, après plus de 5 années passées chez l’opérateur historique français, j’ai pris mon envol vers de nouveaux horizons.

Je tiens tout d’abord à remercier mon ancien employeur ainsi que l’ensemble de mes anciens collègues pour ces années passées. Même si, comme tout job, il y a des moments plus difficiles que d’autres, j’ai passé de très bons moments et j’ai appris énormément. Je garderai d’ailleurs de très bons contacts avec certains collègues, qui sont devenus des amis. Un grand merci également à tous ceux qui ont participé à mon très jolie cadeau de départ, qui fera surement l’objet d’un article, quand j’aurai assez joué avec pour vous en parler correctement : contrôleur Pioneer DDJ-SSX.

Bref, un départ ça se prépare, et ça prend un peu de temps. Surtout quand ce changement de job s’accompagne d’un changement de pays. Car oui, je suis en passe de réaliser un projet qui me trotte dans la tête depuis pas mal d’années. Je vais non seulement aller découvrir, pour la première fois, le continent américain, mais je vais également y passer pas mal de temps puisque une partie des effectifs de mon nouvel employeur est basé en Floride, à côté d’Orlando.

Nouveau job, nouveau pays, nouveau challenge, nouveaux collègues, bref, ça occupe.

Je risque donc de ne pas poster trop souvent, au moins jusqu’à la fin de l’année, mais j’espère revenir bientôt avec quelques infos et de jolies photos 🙂

D’ailleurs si certains ont des bonnes adresses (restos, bars, clubs, …) du côté d’Orlando, et plus généralement en Floride, je suis preneur 😉

Non mais allo ! Gardes la pêche, t’as vu quoi !

SayNo-RealityTV

Avant toute chose, je tiens à préciser que ce n’est ni un article sur Nabila, ni un article « SEO ». Ceci étant dis, je vais donc dérouler mon article qui est un « léger » coup de gueule sur l’influence de la télé sur notre société.

Pour situer le contexte, je ne suis pas un grand amateur de télévision et j’ai un sérieux problème avec la grande majorité des programmes de télé-réalité. Je vais néanmoins essayer de rester courtois et de ne pas m’attirer les foudres des adeptes de ces émissions de TV.

Il est de notoriété publique que la télévision et les médias ont prit une grande importance dans notre vie quotidienne et dans nos discussions. Pour autant, j’ai le sentiment que la qualité des programmes qui nous sont proposés se détériore et que le grand public réclame toujours plus de sensationnel, de trash et de débilité profonde. Il suffit de regarder quelques minutes de certaines émissions pour douter de la crédibilité des participants. Bref, je ne suis pas un adepte d’Arte et des chaînes documentaires, mais bon il y a quand même un delta entre certains programmes à vocation éducatifs informatifs et confessions intimes… Même si la télévision reste avant tout un moyen de divertissement, beaucoup de français passent désormais plus de temps à regarder des émissions complètement débiles (oui c’est un jugement totalement objectif) qui mettent en scène des gens plus idiots les uns que les autres, que des films ou documentaires. Il suffit de regarder la grille des programmes des principales chaînes de télé le soir pour se faire une petite idée. Malheureusement le budget pour les séries et films diminue en conséquence au sein des chaînes de télévision, l’offre et la demande, tout ça !

Bon je stigmatise et je généralise beaucoup, je le reconnais et je vous rassure, j’exagère volontairement mes propos, mais quand une expression issue de la télé-réalité, sur une chaîne de la TNT qui plus est, devient LE buzz du moment, franchement je sature. Non mais allo quoi !!!!!!!!! Il y a des gens dans mon entourage qui ne regardent même pas la télévision et qui répètent cette expression à longueur de journée (le pire c’est qu’ils savent pertinemment l’origine du buzz de cette « phrase »)…

Vous allez me dire, rien de bien nouveau dans tout cela, pourquoi tu rales ? Je peste sur ces emissions et sur une partie de la société actuelle car j’ai de plus en plus de mal à assimiler le fait que la majorité des discussions tournent autour des émissions TV quand notre pays, notre continent et une bonne partie de notre planète est dans une crise majeure, que personne ne voit, ou n’espère même, le début du commencement d’une amélioration et qu’il est, pour l’instant, évident que les années les plus dures sont encore devant nous. Les espagnols, les portugais et les chypriotes sont dans la rue pour protester contre l’austérité, pendant que nous reprenons gaiement les phrases les plus stupides que nous avons entendu le soir en prime time. Ah non, j’oubliais, il y a eu une manifestation assez importante récemment, en France, dont le but était de protester contre le mariage gay.

Si je résume donc, la France qui est réputée pour être un pays de raleurs grévistes, pays des droits de l’homme, se laisse enfoncer dans la crise sans rien dire avec pour seule préoccupation les propos d’une certaine Nabila, qui gagne visiblement à être connu (ou pas), quand ce n’est pas pour s’insurger contre l’inscription dans la loi de l’égalité, au moins partielle, des droits entre les homos et les hétérosexuels. Mais où va-t-on ?

PS : cet article ayant pour vocation de faire réagir mes trois lecteurs et soulager ma conscience, il va de soit que je suis ouvert au débat, mais que ce n’est pas la peine de venir me dire qu’il y a des emissions de télé-réalité « moins pires » que les autres ou que tout le monde ne regarde pas ces âneries, je suis au courant 😉

Il était une fois … mon chat !

Bon en fait, c’est pas un chat, c’est une chatte, mais pour éviter aux petits plaisantins de rigoler de mon animal de compagnie favori, j’ai toujours eu du mal à utiliser le mot chatte pour en parler…

Ceci étant dit, passons à l’histoire de Ciboulette, anciennement boulette. Oui, le nom de ma chatte (notre chatte en fait puisqu’elle habite chez mes parents) est plutôt ridicule, mais vous allez comprendre qu’aucun membre de ma famille n’est à l’origine de cet acronyme, du moins pas totalement.

Lors d’un été fort fort lointain, dont l’année n’est pas resté dans les mémoires (ou du moins pas dans la mienne), il faisait beau et chaud (oui ça arrive sur Paris). Mes parents habitant dans un pavillon en banlieue parisienne, nous passions un été tout à fait banal, jusqu’au jour où, sur mon lit, une boule de poils avait pris place.

Ayant la fenêtre ouverte pour essayer d’avoir un peu d’air, ce mammifère avait profité de l’occasion pour venir trouver refuge sur mon lit. Ce Felis silvestris catus, plus communément appelé chat, était tranquillement en train de dormir dans mes draps. Scandale, stupeur et damnation ! Ce fut le début de l’invasion.

Mes parents ne souhaitant pas d’animaux domestiques à la maison, il fallut donc que j’invite ce chat indésirable à quitter le domicile familial dans les plus brefs délais et à libérer, au passage, mon lit.

Il s’avéra que cette chatte trouvait notre demeure à son goût, puisque les jours suivant, il fallut se battre pour l’empêcher de rentrer. Bien évidemment, surveiller 24h/24h l’ensemble des fenêtres, c’est compliqué. A plusieurs reprises donc, elle parvint à échapper à notre vigilance, et il fallut donc la reconduire à la frontière.

Au bout de quelques semaines, nous en étions même arrivés à fermer les fenêtre, autant que faire se peut, pour éviter une intrusion de ce félin. Si vous avez suivi, nous sommes en plein été et donc, autant vous dire que la fermeture des fenêtre s’avéra particulièrement contraignante et que nous n’avions pas d’autre choix que d’accepter l’hébergement de cet intrus.

Après plusieurs semaines de batailles, il fallait se rendre à l’évidence : cette chatte était trop forte pour nous. Un conseil familiale de crise eut donc lieu et après d’âpres négociations et sous la pression de leurs enfants, mes parents finirent par abdiquer et la chatte eut gain de cause.

Boulette nous adopta, sans forcement nous laisser réellement le choix.

Quelques jours passèrent, avant de découvrir que ce chat appartenait à nos voisins, qui ne s’en occupaient pas énormément, et venaient de prendre un chien, élément déclencheur de l’exil de Boulette.

Car oui, en plus de négliger leur chatte, nos voisins avaient (ont) très mauvais goût et l’appelèrent Boulette. Ils acceptèrent d’ailleurs, sans aucune difficulté, de nous léguer leur chatte et de nous transmettre son carnet de santé.

Ne souhaitant pas avoir un félin se nommant Boulette, et pour ne pas la perturber outre mesure, nous décidâmes de l’appeler Ciboulette, pour (très) légèrement relever le niveau.

Voilà l’histoire de notre chère et tendre Ciboulette, qui réside toujours chez mes parents, malheureusement plus pour longtemps. Mon bébé chat ayant atteint un certain âge (17 ans si je ne dis pas de bêtises), il ne lui reste que peu de temps à vivre, quelques heures, quelques jours ou plus, je ne sais pas encore exactement, mais sa santé s’est très fortement dégradée ces derniers jours, ce qui explique en grande partie cet article, que je voulait faire depuis longtemps, mais pas à titre posthume, trouvant l’histoire de notre chatte plutôt cocasse et atypique.

Ce soir, j’ai eu ma petite sœur en pleurs au téléphone, qui m’expliquait à quel point l’état de Ciboulette s’aggravait puis ma mère, quelques heures plus tard, avec laquelle nous avons évoqué de la faire piquer. Rien de très joyeux, même si je m’y attendais un petit peu. Demain soir, une visite chez le vétérinaire est prévue, peut-être, voir probablement la dernière …

Cette chatte là nous a donc adopté, pour le meilleur comme pour le pire, et au final, on s’y attache à ces petites « bêtes » finalement, à cette boule de poils de 17 ans qui restera à jamais mon bébé chat.

Désormais, j’espère juste pouvoir lui dire au revoir, lui faire un dernier câlin … demain.

Edit : suite au passage, samedi matin, chez le vétérinaire, il s’avère donc que Ciboulette a une insuffisance rénale et est hospitalisée et mise sous « dialise » jusqu’à mardi (demain).

Bonnes fêtes !!

Bonne année, bonnes fêtes, toussa !!!!!!

Après un mois et demi sans publier, il fallait que je profite des fêtes pour sortir de ma torpeur. Entre nous, les fêtes de fin d’année, je ne suis vraiment pas un grand fan. Surtout que faire la fête avec des gens qui sont en vacances alors que tu viens de passer ta journée à bosser, forcement les pré-dispositions à s’éclater ne sont pas les mêmes 🙂

Bilan de l’année 2010 : plutôt pas mal. Si on exclu la partie « politique », tous les problèmes que l’on a en France ou que l’on essaye de nous faire gober, je me dis que j’ai pas passé une année si pourrie que ça. Je finis d’ailleurs l’année en changeant d’employeur, sans changer de poste pour autant : fini la presta.

Finalement moi y en a bien aimer la fin de l’année, parce que c’est le début de la suivante. Jusque là c’est plutôt logique, mais dans ma tête : début d’année = ski (enfin snowboard). Oui car j’attendais ça depuis fin mars, la neige est de retour, le froid aussi, mais surtout le ski. Donc c’est la grande préparation, le surf intensif sur les sites de location d’apparts, l’analyse financière qui va avec pour profiter un maximum de cette saison qui débutera au plus tard le 15 janvier pour ma part. 🙂

Quoi qu’il en soit, je vous (re)souhaite à tous une très bonne année 2011, plein de bonheur, la santé, la famille, la réussite etc…… Et pour les amateurs de glisse : ridez bien !!

%d blogueurs aiment cette page :